Comment Christine, handicapée visuelle, a su apprivoiser sa différence pour retrouver confiance en elle…

En 2017, l’Association SJKB (lutte contre la cécité) a mis sur pied une expo audio-photo intituée « De l’Ombre à la Lumière ». Elle a pour but de sensibiliser et de changer les regards sur le handicap, de soutenir les personnes handicapées visuelles, en leur montrant à travers nos modèles, qu’ils peuvent s’accomplir et enfin de soutenir la recherche et le développement, notamment en levant des fonds reversés à l’INSERM de Montpellier pour aider à financer les recherches sur les maladies de la vue.

Cette exposition est un événement itinérant qui a été reçu en préfecturedans l’enceinte de collèges, dans une médiathèque ou encore lors du congrès de l’ARIBa (association des professionnels français de la santé oculaire). En deux ans, des milliers de personnes se sont arrêtées devant les témoignages de nos douzes modèles, ainsi que devant leur portrait réalisé par le photographe professionnel Robin Thurel.

Aujourd’hui, vous retrouvez Christine, le deuxième modèle de notre exposition audio-photo :

« Ce sourire que vous voyez sur cette photo, je ne l’ai pas toujours eu. Il est le fruit d’un long labeur, d’un combat acharné et d’une prise de conscience soudaine.

55473477_2233576376892068_8251903022079148032_n
Portrait de Christine par Robin Thurel.

Pourquoi aurais-je dû sourire, alors que mon handicap me rongeait en permanence ? Pourquoi rire, alors que la moquerie et la douleur étaient sans cesse présentes ? Pourquoi se battre, alors que certains voulaient me refaire la face à cause d’un profil trop atypique ?

J’étais malvoyante et pourtant, il me semblait voir bien mieux que la majorité des personnes qui m’entouraient. Je comprenais la différence, la vivais et la ressentais du plus profond de mon être. J’ai toujours considéré ce handicap comme une tare, une maladie me faisant ressembler à Quasimodo et qui m’empêchait de me fondre dans la masse.

J’ai souffert, pleuré. Mais je sais aujourd’hui que c’était une étape nécessaire pour avancer. Je me suis rendu compte, malgré tout cela, qu´ il ne fallait jamais laisser tomber ou lâcher prise. Alors je me suis battue à feu et à sang, ignorant les « on dit » et les ragots de bas étages.

« On me pensait incapable de faire comme les gens « normaux »…

On me pensait incapable de faire comme les gens « normaux », de suivre des études prolongées et pourtant …. A chaque fois que les médisants parlaient, je leur prouvais le contraire. Je prenais mon temps, mais j’y arrivais ! Ma maladie a fait de moi une personne têtue, une héroïne des temps modernes qui concrétisera ses rêves malgré la difficulté et les épreuves.

Je tombe, mais me relève toujours. Mes yeux s’embuent de larmes parfois, mais toujours ce sourire revient en force, pour me donner de l’espoir, pour me pousser dans le bon sens.

« la différence n’est pas si mauvaise… »

Après tout, la différence n’est pas si mauvaise et elle fait partie de moi. Pourquoi donc vouloir la rejeter ? Elle sera toujours là et je ne pourrai rien y faire, tant que les avancées médicales ne pourront pas guérir mes symptômes. Alors le mieux n’est-il pas de l’accepter ? De prendre conscience, enfin, que cette maladie et moi devons nous entendre et collaborer à vie, afin d’arriver à de belles choses ?

Cette pensée est devenue celle qui motive aujourd’hui ma destinée.

Depuis que je l’applique, les choses évoluent ! J’ose, je rêve et souris, parce qu’il y a toujours pire que mon cas. J’ai la chance de pouvoir vivre alors pourquoi gâcher le temps qu’il me reste à blâmer ce qui me représente ? Evitons de perdre de bons moments à cause d’une rancune inaltérable et agissons. Oui, car sans l’action, rien ne changera. Depuis 2013, la roue tourne. Le concours Miss Handi France a été un tremplin positif et m’a fait réaliser que j’étais une personne avec de nombreuses qualités  et que je pouvais donner de l’espoir à d’autres par mes actions.

54435006_584553852024734_60160079361474560_n
Photo de Christine par Robin Thurel

« J’ai repris le cours de ma destinée… »

Au lieu de me morfondre, j’ai agi avec entrain, espérant pouvoir changer les mentalités. J’ai repris le cours de ma destiné en entamant des études de journalisme, en me lançant dans les domaines que j’affectionnais tant. La photographie a été une catharsis sans nom. Elle me montrait sous un nouveau jour et me révélait les capacités que je ne voyais pas forcément. Un bon point. Malgré  ma vue, je prenais aussi des photos des autres et souvent le retour était plus que constructif (malgré quelques flous artistiques non voulus) !

Motivée comme jamais, j’ai sauté le pas en créant OzenHart. C´est une association dont la vocation première est d’offrir des séances photos aux personnes handicapées ou hospitalisées. Et ceci afin de leur faire passer un bon moment et de leur donner une image positive de leur personne. Bien plus encore, j’aimerais que mon projet puisse mettre en avant le handicap dans les milieux artistiques souvent fermés à la maladie !

Le changement est indispensable et pourrait être bénéfique pour tous. Les mentalités évoluent petit à petit mais autant leur donner un petit coup de pouce.

Désormais et grâce à mes différents projets, je ne suis plus victime de ma maladie. Même si elle rend certains moments difficiles, il arrive qu’elle me motive et me pousse à oser, à me dépasser au- delà de mes appréhensions et de mes peurs.

Un jour, nous arriverons elle et moi à devenir la personne que je rêve d’être. Qu’importe le temps ou les combats que j’aurai à mener, je tiendrai la cadence et nous frapperons un grand coup, afin de prouver à tous, que non, la différence n’est pas une mauvaise chose, bien au contraire. Pour l’acceptation de soi, du handicap, mais aussi pour l’acceptation des autres, le temps est notre allié. »

 

Le nouveau projet en cours du SJKB

Cette année, le SJKB se lance dans un nouveau projet d’expo audio-photo intitulé cette fois « Clin d’Œil à DBZ », reprenant le même principe que « De l’Ombre à la Lumière ». De nouvelles histoires et de nouveaux talents seront à découvrir tout en vous plongeant dans l’univers de Dragon Ball, une série animée qui existe et se renouvelle depuis les années 80.

N’hésitez pas à nous suivre sur la page de l’Association SJKB et à inviter vos amis à la découvrir.

Notre association, le SJKB, soutient les personnes handicapées visuelles et les différents acteurs du monde de la déficience visuelle, dans un esprit fédérateur.

Elle est aussi active dans le monde du handicap et collabore avec différents acteurs du domaine, comme le syndicat de presse France Handicap Info.

Elle collabore également avec Respect Zone dans sa lutte contre la  cyberviolence, en travaillant sous l’angle du handicap et de l’inclusion par le numérique : Respect Zone Handi.

Regarder la vidéo de l’association SJKB :


#CDV #aveugle #nonvoyant #malvoyant #DV #DéficientVisuel #SJKB#SébastienJoachimKickBlindness #AssoSJKB #HandicapVisuel #sport
#SébastienJoachim

Publicités

2 réflexions au sujet de « Comment Christine, handicapée visuelle, a su apprivoiser sa différence pour retrouver confiance en elle… »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s